LIBAN

Réalisation avec l'ONG Ahla Fawda et Meuh (Hope) à Beyrouth

Fawda... un mot qui caractérise souvent le Liban et les Libanais. Un mot doux amer qui fait sourire ou grimacer, s'énerver ou s'attendrir. Un état qui a profondément agacé Imane Nasreddine lorsqu'elle est revenue vivre au Liban en 1994 après des années d'études et de travail à Londres. Mais très vite, la jeune femme se rend compte de l'esprit combatif de ses compatriotes et adopte définitivement le positivisme comme mode de pensée. Un mariage et trois enfants plus tard, elle rejoint A Step Together, une ONG qui se charge de scolariser les enfants défavorisés ou à besoins spécifiques. Et cette joie qu'elle éprouve à donner, aider et partager, elle décide de la mettre au service de son quartier de Ras Beyrouth et de la faire partager à tous.

à Beyrouth Hamra avec Meuh (Hope) et l'ONG Ahla Fawda
à Beyrouth Hamra avec Meuh (Hope) et l'ONG Ahla Fawda

Réalisation avec l'ONG Basmeh & Zeitooneh dans la Plaine de la Bekaa à Bar Elias et Najr

Bar Elias et Najr sont des villes situées dans la vallée de la Bekaa, qui abrite aujourd'hui la plus grande concentration de réfugiés syriens au Liban. Aujourd'hui, près de 400 000 personnes sont enregistrées auprès du HCR. La majorité de la communauté de réfugiés vit dans des tentes de fortune ou dans des zones urbaines pauvres et surpeuplées. Ils souffrent de conditions de vie médiocres, du manque de perspectives d'emploi et de l'exclusion scolaire et sociale, en plus du coût de la vie croissant.

 

Fin 2013, Basmeh et Zeitooneh ont étendu leurs programmes à la région de la Bekaa, organisant des activités de loisirs pour les enfants et des distributions de secours aux familles les plus vulnérables. En avril 2014, ils ont créé un centre communautaire à Bar Elias afin de servir de point de contact aux communautés marginalisées qui y résident et de fournir des services aux personnes les plus vulnérables. Aujourd’hui, le centre a mis en place une série de programmes dans la région, offrant aux femmes, aux hommes et aux jeunes un accès à des sources vitales de soutien et à des possibilités de développement personnel.

Bar Elias


Najr



Réalisations avec l'International College, l'ONG Basmeh & Zeitooneh et Imane Assaf à Shatila

Shatila est un camp de réfugiés palestiniens situé à Beyrouth (Liban), installé depuis 1948, placé sous la protection de l'UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). Il abrite quelque 18 000 palestiniens sur un terrain d'environ 1 km2. Le 16 septembre 1982, c'est le lieu d'un sanglant épisode du conflit israélo-palestinien, connu sous le nom de massacre de Sabra et Shatila.

 

Le camp de réfugiés de Shatila, souffre depuis longtemps du manque de nombreux services de base fournis traditionnellement par l'État. Il est également resté hors de la carte pour de nombreuses organisations humanitaires internationales, en raison de sa situation sécuritaire précaire, malgré le niveau élevé de problèmes sociaux et économiques dans le camp. Même après l'afflux de réfugiés syriens dans le camp, lorsque Basmeh et Zeitooneh ont été inaugurés en septembre 2012, aucune agence d'aide humanitaire ne travaillait dans le camp.

 

 

Basmeh et Zeitooneh ont ouvert leur premier centre communautaire à Shatila en mai 2013, huit mois seulement après le début des travaux de l'organisation. Le centre cherchait à fournir à la communauté de réfugiés un endroit où demander de l'aide par le biais d'une grande variété de programmes et en tant que centre de liaison permettant de créer des réseaux sociaux. Pourtant, ce centre offre également ses services à la communauté d'accueil libanaise et palestinienne de Chatila, dont beaucoup souffrent du même manque de services et d'opportunités. Quatre mois après sa création, le centre communautaire de Basmeh et Zeitooneh était devenu le plus grand projet au service des réfugiés et de la communauté de Chatila et dans les environs. Le centre dessert actuellement plus de 2 700 familles bénéficiant d'un large éventail de services de secours et de développement. Nous avons reproduit avec succès cette approche de centre communautaire dans les endroits suivants: Bourj al-Barajneh, Bar Elias, Al-Qibbah, Akkar et Abu Samra au Liban, et Gaziantep et Sanliurfa en Turquie.

Camps de réfugiés de Chatila
Camps de réfugiés de Chatila

Projet Ouzville à Ouzai

C’est l’un des premiers aperçus de la capitale pour les passagers qui atterrissent à Beyrouth, au Liban. À quelques centaines de mètres de l’aéroport, un îlot de maisons aux façades multicolores occupent le bord de mer. Il y a un an et demi, Ayad Nasser un homme d’affaires, a monté le projet Ouzville. Le concept : inviter des artistes du monde entier pour redonner des couleurs à Ouzai, l'un des bidonvilles du sud de Beyrouth. Un moyen de désenclaver le quartier et de montrer que le street art peut impacter la société.

Ouzai - LIBAN
Ouzai - LIBAN

Nous contacter

Solid'art International

238 Maison Radieuse 

44400 Rezé

+33 769 014 092

Siret : 838 885 069 00016

Nous suivre

Ils nous on fait confiance